La Balagne

0.5

Un Toulon qu’on aime bien, à deux pas du port mais sans la vue mer, dans un quartier « en pleine mutation » comme causent les architectes, et en voie de « gentrification » comme causent les sociologues.

Avec Mauricette, on a hésité entre deux restaurants qui font des promos Groupon. On a pris celui qu’il ne fallait pas, sauf si l’autre c’est pareil mais on n’en sait rien, ou pas encore. Alors bon, je vais pas en faire des tonnes dans le narratif. Je suis déçu de la boutique qui selon ce qu’on en sait, fait une cuisine corse: faux le jour où nous y avons mangé! On a pris des accras de morue pour deux, histoire de patienter pour la suite du repas dont on n’aurait voulu qu’elle n’arrive jamais. 8 boulettes frites pas maison décongelées, servies dans une assiette ronde, avec des bouts de tomates hors-saison, des feuilles d’endives noircies par le temps, un quart de citron découpé depuis un bon moment. A mi-plat, la dame amène deux gobelets pour le café en plastique blanc remplis de deux sauces industrielles en flacon. Un dessin? 9/20.

La dame au chapeau vert se lance avec la « salade de la Balagne » avec fruits de mer et poulpe. Un méli-mélo de tant de bricoles que j’en oublie forcément: œuf dur, tomate molle, cœur de palmier, maïs, citron, bouts de jambon, du melon d’avril et du poulpe mais juste un peu. C’est finalement mieux comme ça. De l’assemblage pur et simple. Un peu de gras flotteux en guise de vinaigrette au fond de l’assiette, sans gout, plat. 8/20 pour 14€ quand même. Je me suis risqué avec le « magret entier, frites et salade ». Magret entier oui, mais de seconde zone, 40% de gras non fondu et grossièrement scarifié. Cuisson comme demandée. Viande posée au milieu de l’assiette sur une salade verte avec plein de choses.

On recommence: tomate molle, melon, maïs, cubes de jambon (d’ailleurs très bien) et de l’avocat. En guise de frites, je m’en tire bien avec des cubes de patate fraiche passés à la friteuse. Et puis forcément en plus vu qu’on mangeait dehors, le magret était froid. 14€, ce qui n’est pas cher pour le prix comme dit mon comptable. Vu le non-plaisir retiré de l’expérience, le 8/20 est justifié. L’heure du bilan de cette expérience corso-toulonnaise sonne: trop cher vu les produits de médiocre qualité utilisés. Décalage radical des attentes du profil de clients qu’on représente avec Mauricette, surtout à ces tarifs. Profil atypique, j’en conviens. Ah oui! Promo Groupon en cours pour les pigeons qui achètent des remises, si l’aventure vous tente.