Jardin D’Asie

2

Du vietnamien et du thaïlandais.

Le thaïlandais est porteur. Si nombre de vietnamiens se recyclent dans la cuisine thaï, avez-vous remarqué qu’on ne voit jamais des restaurants thaïlandais faire une cuisine vietnamienne? Qui bien faite est pourtant savoureuse! Bref! La jeune femme est souriante dans un agréable contexte pré-saisonnier. Déjà, on ne renifle pas la friture comme si souvent. Faut dire que je suis seul à casser une croute ce midi. Ça aide au constat positif. Mais des doutes subsistent quant à la cuisine. Tant de plats… Dans le menu à 19,90€, j’allais la commander avec plaisir d’autant que la serveuse me soutient que les asperges sont fraiches! Mais « la soupe d’asperges au crabe ne contient pas de crabe, c’est une erreur, faut que je modifie la carte ».

Alors je file vers les « nem thaï ». Trois spécimens proprets et pas gras du tout. Contenu illisible et un peu terne, trop finement haché. La serveuse détaille: crevettes, vermicelle, cébette. Je la crois sur parole, pas le choix, pas de microscope. 13/20. Je rêve d’un vrai « canard laqué », vous comprenez. Mais une fois encore je tombe à côté. Un magret découpé en tranches comme toujours, sans peau croustillante et noyé sous une mélasse noire très sucrée, caramel à haute densité de sauce soja vaguement épicée. Un peu de soja cru pour la photo. Le riz cantonais fait le job même s’il existe des blocs qui trahissent un réchauffage. 11/20.

Pas de gros efforts pour les desserts, le sucré est rarement le fort des cuisines asiatiques. N’empêche que j’ai boulotté l’intégralité de ma « coupe de lychees », fruits dénoyautés gros comme des prunes. J’ai apprécié: le sirop fruité m’a nettoyé du sirop glucosé du plat. Bref! 13/20. Restaurant sur une place piétonne entretenue et jardinée à deux pas de l’eau, qui doit sentir la tong et l’ambre solaire quand l’été pointe son nez. Mais ça vous change des bagnoles sur la route et soyons honnête, c’est une table plus sympa que ces horribles usines à bouffe asiatiques qu’on connait tous!