Il Ristorante Liberty
Lolli Palace Hôtel

4

Pour y avoir dormi (aussi), l’hôtel est confortable, fort propre… et devant la mer.

Avoir si peu de places de parking pour autant de chambres est dommage, surtout qu’on vous en promet une au téléphone lors de la réservation. Vente à l’italienne, quoi. Ce qui est amusant, c’est que cet établissement classé 3 étoiles en mérite 4 pour certaines chambres, et 2 pour d’autres pour un tarif équivalent et quelques prestations de chambres différentes. Le restaurant est au deuxième étage, vue mer. Style néoclassique clair, grands rideaux et nappages, tapis pour piéger la résonnance de la grande salle, gracieux luminaires. Nous bénéficions du menu « pensionnaire » avec le « buffet d’antipasti » très français avec carottes râpées, salade verte, macédoine de légumes… et d’une mignonne mise en bouche végétale juste avant! 14,5/20.

Suivi d’une « crème de pois » nature et robuste à 14/20. Celle qui ressemble de plus en plus à Berlusconi quand elle sourit, Mauricette choisit « saltimbocca alla romana », autrement dit escalope avec jambon et sauge. Deux tranches poêlées fines comme du papier à musique, sauce avec un peu de fond de veau, quelques éparses patates rapidement sautées avec des herbes… l’ensemble est un peu amorphe: 13/20. Plus de succès avec mon « filet de loup à la ligurienne », assiette plus nerveuse, poisson à la belle cuisson posé sur une préparation cuisinée de patate et tomate: 14,5/20.

Un « buffet de desserts » généreux et varié, mais en fin de parcours la sobriété sera de mise: la dame au chapeau vert apprécie une simple « pomme au four » avec un sirop court adapté à la situation, 14,5/20. Et ma pomme une « tarte aux fruits » avec fraises et kiwi, crème fouettée et pâte feuilletée, 14/20. Fallait aussi tenter le « tiramisu », ici classique: mascarpone, café, biscuit qu’il faut. Impec’ à 14,5/20. Le service classique est épatant de bienveillance, de grand professionnalisme et de sérieux à faire le job! Ça fait vraiment plaisir de voir autant d’envie de bien faire de la part de serveurs ayant passé largement la quarantaine de printemps. Service qui contraste avec le manque d’amabilité de la dame de l’accueil, peut-être la directrice, blasée permanente. Bref! Belle carte de vins italiens de toutes les régions et quelques français inconnus au bataillon, couverts de belle argenterie qu’on ne trouve plus ailleurs. Belle prestation de restauration d’un beau standing malgré le pain industriel hors-jeu.