Hôtel-Restaurant Les Cèdres

3.5

A l’entrée du village mais ça dépend d’où vous arrivez.

Un établissement cubique de type mussolinien dont on apprend qu’une rénovation des chambres est envisagée, bonne idée. L’autre bonne idée est d’y effectuer un diner en terrasse par soir d’été. Un côté dimanche à la campagne sous la tonnelle. Carte, et menus 21€ et 31€ avec choix. Mauricette s’enquille les « piquillos farcis à la brandade de morue maison et coulis de poivrons ». D’emblée une entrée « faite maison »! ça fait plaisir! Un peu chiche de la portion mais elle pense se rattraper sur le plat! 14,5/20! Une seconde farce pour celle qui est une blague à elle seule! Elle est dans le « mignon de porc farci à la caillette accompagné de pommes de terre rôties »! Du frais encore. Bon oui, mais un très petit mignon, dodu comme un saucisson (sec) débité en 5 rondelles. « Tout ce qui est petit est mignon » parait-il m’enfin bon, faut pas exagérer non plus.

Mauricette se serait satisfaite de la dose si la viande n’était pas aussi sèche… Légumes frais… 14/20. Devant ma suspicion paranoïaque de barbaque congelée, le très sympathique taulier me propose de gouter le « carpaccio de bœuf frais aux copeaux de parmesan ». Bon à boulotter pour le carnassier. Sinon les tranches qui se collent et font un tas. Un peu de lubrification entre-elles lors du dressage, et ça devrait s’arranger. 14,5/20. Qualité correcte de viande pour la « fricassée de poulet d’Ardèche parfumée à la citronnelle accompagnée d’une julienne de légumes ». Petit suprême bien aménagé aux mirettes, égayé de patates et de légumes. Dommage pas senti la citronnelle que j’attendais de langue ferme. 14/20. Le « nougat glacé au miel d’Ardèche » est très « miel » et peu fruits confits, 14,5/20. « Panna cotta à la nectarine » très agréable, toute en souplesse fruitée, 14,5/20.

Bilan positif: produits frais et travaillés, mise en place sérieuse, soin apporté aux assiettes et service impliqué. Et le patron-serveur au service vaut son pesant de caillettes. Un gaillard de 2 mètres ancien prof de tennis accessoirement 3ème ligne à Perpignan, quelques matchs en « une » comme on dit. Un physique avec une tête bien remplie professionnellement, mais l’histoire serait trop longue. Comme pour tout, le couple Koch fait bien les choses: 6 personnes en cuisine, du frais, personnel aimable. Encore fébriles, les assiettes sont sur une voie déterminée. Ouvert seulement « en saison » et devrait faire de votre balade ardéchoise un moment heureux à coup sûr si d’aventure.