Gio

2.5

Adresse toute en longueur et même si les assiettes ne sont pas sophistiquées, on attend peu l’arrivée des assiettes… malgré l’affluence estivale des grands jours!

Le décorum de mode industrielle arrive à être chaleureux et tire parti au maximum des possibilités de l’architecture, vue et clope possible pour les accrocs grâce aux mange-debout et à un micro-espace vert bienvenu. Pas mal de barbus sympa-décontractés à l’accueil et au service, presque autant que de portraits de présidents de la Vème République sur les murs! Mauricette verse une larmichette. Pas de Fallières… Deschanel… Millerand… Poincaré… présidents de sa jeunesse. L’ardoise. Des plats de 17,90€ à 26,90€ dont deux tartares et l’inévitable burger. Et des planches à partir de 16,90€. Charcuterie ibérique… assiettes de tapas maison à 24,90€ et une amusante « planche industrielle » à 17,90€ assumée comme « assiette de tapas non préparée par nos soins ». Comme une caution du reste des propositions implicitement « maison », du coup. Bien vu Super U! Nous voilà devant nos deux verres de Bordeaux à 4€ et Mauricette devant sa « salade GIO » avec un rösti (galette de pomme de terre) sous un (trop) petit tartare de bœuf, un flutiau de brick farci au fromage de chèvre, quelques chips de jambon sur trois feuilles de salade, charcuterie, trois tranches différentes de charcuterie fine. Du melon, c’est la saison. Plat plus abondant qu’il ne parait: un compliment venant de la dame au chapeau vert! M’enfin quand même: 19,50€, copieux et un peu cher. 14/20.

De mon côté, « anti-pasti » mais je vous jure que je n’ai rien contre! Au contraire! J’adore ça! Une assiette avec aubergines et courgettes grillées, haricots lardés, maïs croustillant, tomates confites, champignons, millefeuille tomate-mozza… mais aussi salade verte, tomates cerises, et poivrons rouge et orange confits. Mieux que les antipasti communs, volonté de bien faire. 14/20 encore et 17,90€: copieux mais un peu cher. Rien que pour embêter De Gaulle qu’elle se trimballe sous le pif tout le repas, Mauricette vise le « Banoffee ». Pot en verre, biscuit écrasé dessous, banane planquée avec confiture de lait, chantilly pas maison dessus. Un banoffee ou approchant à 7,9€. Copieux mais un peu cher! 13/20! De Gaulle rit, Churchill fait la tronche. Personnel qui met à l’aise, carte des vins travaillée, quelques bières et whiskies, beaucoup de rhums et plein de barbes. Un lieu qui sait séduire. On reviendra quand ça sera la mode des moustaches.