Chez Marinette

3

Mignonne adresse de coin de rue, presque récente, connotée AOC Corse, ambiance bistrotière campagnarde chinée, beaucoup de bois, longue table d’amis au milieu de la salle, piano et mandoline, bon appétit, merci, vous aussi.

Une dizaine de plats à l’ardoise de l’entrecôte marseillaise à 18€ (bof) à la daurade à 27€ (boum). Entre, pieds et paquets (22€), bocconcini de veau (26€) burger corse (21€) et même des tripes à la provençale (22€). Carte pas donnée, mais salades intelligentes: petite à 8€ et grande à 14€! Du coup, j’ai pris une petite « aubergine à la parmesane ». Présentée comme une salade avec feuilles de salade, bouts de tomates, lamelles de parmesan, un gressin et comme un tian, des lamelles d’aubergines confites impeccables. Calmos sur les zigouigouis de balsamique: ils n’amènent rien. 13/20 pour 8€.

Le plat du jour est vendu 9,9€ et il s’agit d’une « sole grillée, risotto et tian de courgette ». Petite sole colorée au beurre, risotto qui manque un peu de précision et tian scolaire trop aillé. Mais deux garnitures travaillées dans un plat à moins de 10 balles, me voilà plongé dans une maison de bonne volonté! 14/20! Les desserts classiques (tiramisu, fiadone, crumble) sont facturés 7€ et généreux, à voir les tables voisines. Petite cuisine avec des produits simples et frais, acheteur à l’affut du bon coup du fournisseur pour en faire profiter le client le midi. Le soir à l’ardoise, ça grimpe un peu.

Le patron est cordial, et comme convaincu que la communication est le nerf de la guerre pour sa petite affaire puisqu’il conseille au client qui passe à la caisse de laisser un commentaire sur Tripadvisor. Jusqu’au jour où en arriveront de mauvais: il s’apercevra que le gratuit coûte cher. Enfin bon. Dans un quartier où nous mettons rarement les dents, une petite adresse tendance Corse dont nous sommes plutôt content à deux pas… de l’avenue de Corse!