Chez Flo

2

Au niveau de l’accueil, il refroidit.

La dame sur le pas de porte est sévère, me regarde avec agressivité, un peu comme si je voulais lui fourguer un extincteur ou un contrat d’assurance. Je suis un brave garçon, je la rassure: « bonjour, c’est pour manger ». Risette. Vous comprenez monsieur, y en a marre de tous ces représentants, moi j’aime faire chauffer ma machine à CB pour encaisser les pépètes du client, pas pour dépenser mes sous. Ou dans le genre. Cave à vins: choix très conséquent rayonné en boutique, à tous les tarifs. Je ne vois pas ça tous les jours. Il faudra rallonger un peu pour le boire sur place, mais l’ambition est belle. Celle de la cuisine n’est pas mal non plus, mais pêche juste du rapport qualité-prix, un peu faiblard vu le niveau des assiettes. Produits frais en majorité, esthétique volontaire des assiettes… mais tarifs un peu chérôts! Une formule à 16€ le midi en semaine, et ardoise: entrées à 12€ et 17€, plats de 20€ à 40€. Dont un magret cuisiné à 30€! C’est pas rien!

Option « T-Bone de veau, jus de romarin » à 22€. J’ai vu tarif plus élevé par ailleurs pour ce morceau de viande. Et moins bon: cuisson respectée, viande souple, jus court et naturel qui laque. Légumes à l’eau un peu tristes, n’inspire pas à la gourmandise mais au conformisme ascète et modeux des assiettes « bio » dans l’air du temps, des bouts: brocoli, demi-radis, deux rondelles de carotte, champignons shiitake en lamelle poêlés mais durs, une asperge entière croquante. L’évitable à ce niveau de tarification: les frites. C’est marrant car on sent bien que le cuisinier, ça l’ennuie un peu de les mettre. Mais fallait un féculent alors… bref! 14,5/20 quand même pour 22€. Desserts à 8€, dont une « fraicheur d’agrumes et citronnelle » soignée à l’œil. Des suprêmes dans une coupe. La direction devrait se douter que celui (ou celle) qui opte pour ce dessert veut de la légèreté.

Or, le sirop est surchargé en sucre. Le parfaitement inutile sorbet pamplemousse flingue l’envol de la citronnelle trop masquée, rajoutant au passage une louche de glucose dans la recette. 8€ pour 12/20. Question ambiance, une table avec d’élégants anglais s’amusent avec malice du ronchonnement intempestif de leurs amis français qui délirent sur les étrangers qu’on n’est plus chez nous, et pis les impôts, et pis les taxes… bientôt on n’aura plus assez d’argent pour payer notre femme de ménage au noir. Enfin bon. Bonne table, bonne cave. Vin au verre: un rouge, un blanc, un rosé. Point barre. Quand je lui fais remarquer que je trouve dommage de ne pas investir dans un système de « vin au verre », « c’est trop cher » qu’elle me dit la dame. Tout est dit.