Café du Tailleur

3.5

Angle rue Grignan et rue de la Paix Marcel Paul, côté « Palais de Justice ».

On connait bien l’adresse, brinqueballée entre français approximatifs et algérois berbère appliqué… On connait aussi le cuisinier qui se cache au sous-sol. Voilà un peu plus de 10 ans, il cuisinait dans son estanco du côté de la plaine « Au Vin sur Zinc »: Xavier Roulleau. Cet ancien de chez Chibois (06) nous y régalait de plats bistrots: hareng pommes à l’huile, croustillant d’andouille moutarde de Meaux, assiette de poireaux vinaigrette, tartare haché couteau, tête de veau ravigote, blanquette de veau à l’ancienne, confit de canard maison, dos de cabillaud rôti aux épices, poêlée de chipirons au piment d’Espelette copeaux de Bayonne… la musique semble être à l’identique ici. Sinon que le chef est associé. Salle tenue par une jeune femme sèche et peu souriante malgré son statut de serveuse, sèche y compris au téléphone. Rayon pâtisserie confié à une excellente pâtissière… radieuse du minois: elle amène mon dessert! J’aurai été ravi qu’elle me livre le reste du menu tant son sourire donne envie de revenir!

Contrairement à sa collègue de salle, elle applique l’idée de Voltaire « il est poli d’être gai ». Enfin bon! Le midi, menu 18€ décliné dans une formule à 16€. Avec alternative à chaque étage. Rigolote « salade d’oreilles de cochon » qui est l’occasion de connaitre ce morceau confirmant le fameux « tout est bon dans le cochon ». Cartilagineux croquant, peu de gout en soi mais bien mis en scène avec salade verte, patate, vinaigrette qui pousse. 13/20. Vitesse supérieure avec « rouget grillé, huile vierge des Baux, pommes vapeur ». C’est la saison du rouget, c’est maintenant ou jamais. C’est toujours plus agréable que les filets habituels. Barbet entier passé au grill avec délicatesse, brunoise de légumes frais à l’huile d’olive, patate vapeur (non épluchée). 14,5/20.

Je ne m’attendais pas à un tel niveau de dessert avec le « macaron grenache chocolat blanc et framboises fraiches ». Amené par un soleil: la petite pâtissière. Doublée d’une excellente pâtissière aussi puisque vous ne me le demandez pas. Comme un sandwich dans le fin macaron blanc, framboise et ganache chocolat blanc, peu sucré. Ensemble rendu tonique par le citron vert râpé fin sur le chapeau. Le 15/20 est mérité. Voilà le « Café du Tailleur » avec ses boiseries et ses banquettes vertes façon bistrot-brasserie parisienne, et 3 endroits à vivre sur 3 niveaux. N’ayant pu glaner de compléments d’information, voilà ce que j’ai vu et ne peux pas vous en dire plus. Bon rapport qualité prix, en tout cas le midi.