Brasserie Le Break

4

Une « brasserie »? Ahahaha! La bonne blague! Un vrai restaurant oui!

Avec des gens heureux qui cassent une croûte heureuse servie par un personnel heureux! Et quand je dis « croûte » mes petits lapins, c’est particulièrement réducteur! On a affaire à un vrai cuisinier qui vous cartonne l’appétit quelque chose de sévère et ne s’épargne pas d’efforts pour y parvenir! Faudrait être sourd d’oreille pour pas entendre ce qu’on a mangé avec Mauricette! Je sais pas comment elle fait! Toujours dans les bons coups alors que seul, je tombe souvent si mal! Elle a un nez pour ça! Et quel nez! Une fois assise, d’un coup, elle a fait des petits cris d’animaux bizarre: « hihihi… je vais prendre le plat du jour « rougail saucisse créole », ça me rappellera mes vacances au Maroc ». Elle a toujours eu un humour un peu spécial. Enfin bon.

Présentée avec soins dans une assiette creuse blanche, saucisse de qualité infiniment plus correcte que les balivernes coutumières, riz 3 couleurs (façon camarguais) et courgette coupée en longueur grillée. Sauce faite ici, pas un sachet flingueur d’estomac. Chapeau bas: 14,5/20 pour seulement 11,90€ mes petits moineaux! Ma suggestion: « brochettes d’espadon et gambas, crème tomatée au chorizo, riz basmati et légumes croquants ». Pas de la portion à boulotter à la pince à épiler, du sérieux-copieux. Brochettes snackées pour un poisson coloré à la plancha, légume bossé, riz blanc sage (à noter que le riz est différent pour nos deux plats), sauce qui enlève le tout. 15/20 et 16,90€. Un dessert pour voir, 4€ pour une bonne « tarte aux poires chocolat » maison encore, volontaire. 14/20.

Vu le monde qui attend au balcon, les plats ne sont même pas longuet à arriver! Service impeccable de sérieux et d’entrain. Un exploit d’autant plus remarquable qu’il s’agit pour partie d’une entreprise familiale. Le reste du personnel parait tout aussi impliqué, travaille comme pour lui. Avant de crier au miracle, écoutez: le patron s’appelle Jean-Luc Hiltenbrand et avec Sylvie, nous les avions référencé dans nos saintes pages à « La Reine Jeanne » à Hyères. « Le Break » n’est donc pas un miracle. Car voyez-vous, ces gens-là ont compris que le chemin le plus court est la ligne droite. Ça nous change des tambouilleurs sans conscience qui nous font des misères. Allez hop, on fonce! Et passez leur le bonjour de Mauricette!