Brasserie Des Salins

2

Un an déjà que les nouveaux sont arrivés.

Le soleil rasant d’hiver traverse la salle grâce aux grandes baies vitrées, les patrons semblent aimables, autant dire qu’il s’en faut de peu qu’on sorte les cotillons pour fêter ça, confettis, langues de belle-mère, serpentins, on est bien Tintin! En plus, la direction a choisi l’option des nappages qui, même rudimentaires habillent bien. Et puis les Salins… magnifique… Bref!

D’un coup le restaurant s’est rempli comme si la marée montait, faut dire que ce lundi, il est seul ouvert dans les parages. On s’est retrouvé une cinquantaine avec des tauliers visiblement ravis, tu m’étonnes. Le cuisinier œuvre seul dans sa cuisine ouverte. Il ne s’est pas affolé. On comprend mieux, plus tard… La très avenante dame m’explique le concept, les formules… J’ai failli me faire séduire par les aguichantes pizzas vues sur la table voisine. Pour au final me recentrer sur la formule à 16,50€ du midi « plat du jour+dessert+café ». Donc « blanquette de veau » avec un riz basmati dont le plus grand bien je dis, viande pas grasse du tout, sauce qui manque un peu de sel (rassurant, peu de chance qu’il s’agisse de sous-traitance) et légèrement agrumée. La sauce se morfond contre des rondelles de tomates totalement incongrues, et des feuilles de salade. Faudrait séparer ou même ne rien mettre, d’autre avec: une blanquette est une blanquette. Sinon sploush-sploush. Cela dit, j’avance un 13/20.

Et puis le drame, la claque, la déconvenue, et la tromperie par-dessus le marché. Le monsieur sort de derrière le comptoir pour filer un coup de main à la dame. Oui môssieur, les desserts sont maison, y compris la « tarte tatin » qu’il me dit le gars. Il me fourgue la pire nullité gobée depuis belle lurette. De l’industriel circulaire ya rien à voir. Gélatineux sucré comme du Céline Dion, c’est vous dire si ça colle. De pomme, bien peu. De bonne poire oui, une: moi. 4/20. Mesdames et messieurs, Vous venez de piger la raison pour laquelle le cuisinier est seul en cuisine avec une cinquantaine de clients sous le pif.