Auberge Sainte-Marguerite

3

Nombre de changements de propriétaires sont moins heureux que celui-ci!

En effet, si la cuisine se montre techniquement inférieure à celle de son prédécesseur, elle montre des aspects intéressants. Patronne parfaite à l’accueil et au service, dans une volonté sincère de faire plaisir comme si vous étiez dans sa propre salle à manger. Une disposition de salle qui ravit Mauricette, toujours cramponnée aux prestations classiques comme le coquillage sur la coque du rafiot. Recettes bien peu à la mode (tant mieux): une ardoise de 8 plats pas donnés (entre 21€ et 29€) une carte avec 6 entrées et 5 plats. Et des menus à 25€, 36€ et 57,50€ avec des formules partielles. Ça fait du monde dans les frigos. Enfin bon.

Formule 30€ « entrée-plat » pour nous avec 4 possibilités à tous les étages! Excellente mise en bouche de talent pâtissier! Saumon, fromage sur une tartelette de bon aloi! 15/20 d’emblée! Pour la dame au chapeau vert « terrine de veau et de canard du chef, façon Alsace aux poivres roses, confit d’oignons rouges ». Hachée fine, aucun ajout nécessaire, rien. Avec le bon pain c’est un 15/20. Je suis un peu déçu par « les 2 œufs pochés bio du Pradet, sauce marchand de vin et petits lardons rôtis ». Le côté généreux est indiscutable. Tout autant que l’abondance de fond de veau en poudre qui plombe le plat… et ma digestion. Un plat travaillé en caricature des années 80. 14/20. Plus en légèreté: le « filet de poisson du marché sur lit de poireaux sauce crustacée » fait le boulot. Morceau de cabillaud un peu petit. Pas de poireau contrairement à la promesse. Mais des bouts de légumes cuits à la vapeur y compris les champignons, sans entrain. La patate râpée (rösti) est le seul moment vraiment gourmand de l’assiette. 14/20.

Mauricette apprécie le « suprême de poulet fermier rôti, champignons au jus au thym ». Et encore: trop de fond de veau, même lourdeur… Même garniture que mon poisson. Si la cuisine traditionnelle (le chef serait alsacien) fait son boulot tranquille, il faut louer sans retenue l’excellent travail du pâtissier. Qui serait fiston. Là mes cocos, ya du niveau. Remarquable travail visuel qui pourrait concourir à Top Chef! Sauf que là, on peut gouter. Il s’agit de la « tarte au citron vert et jaune revisitée, crème au thé vert Matcha » et je suis convaincu du beau niveau des autres desserts annoncés. Exemplaire! 15,5/20. Table proprette et traditionnelle, pour un bon moment sans histoire malgré l’addition qui peut vite s’envoler: café facturé 3€!