Au Bouchon Provençal

2.5

Devant le parking Place d’Armes, menu complet le midi avec café pour 14,90€.

Ardoise avec une majorité de plats sous les 10€! Pas de quoi flinguer le livret d’épargne des secrétaires d’avocats et des employés des bureaux: le palais de justice est à un jet d’olive! Seulement voilà. Les mystères durent le temps qu’on découvre le truc. Ya souvent un truc. Le voici: court en qualité de produit et en quantité. Salle remplie comme un œuf, parfait. Plus de 25 personnes se serrent les coudes, tant mieux, dehors il fait frisquet. 13h: plus de plat du jour. Ah. Alors « cuisse de canard »: servie dans sa version confite, et des frites puisqu’il n’y a rien d’autre car plus de légumes (non plus).

Enfin si. Quelques feuilles de salade verte fraiche pour meubler. Joli couleur des frites, mais elles sont sèches et tièdes, précuites depuis ce matin. La cuisse de canard, c’est la misère. Elle est bien colorée à la poêle, mais il s’agit d’une cuisse maigrelette, pas du Bottero mais plutôt genre Moulin Rouge voyez. J’ai rien contre remarquez, mais ça dépend pour quoi faire. Quand il s’agit de manger, mon choix est vite fait. 11/20 pour 9,9€… le tarif explique un peu les choses. Je me suis laisser convaincre de bonne grâce par la joviale serveuse: un dessert indéniablement fait maison et qui change des banalités… maison ou pas! Pas de nom précis, une gelée d’agrumes comme un aspic avec suprême d’orange et pamplemousse mondés, feuilles de menthe.

C’est rond et accompagné d’un inutile pet de chantilly. Pas trop sucré, pas maitrisé non plus mais déterminé! 14/20! Pas d’addition de caisse automatique, tout en manuel, restaurant non assujetti à la TVA. Avec le café accompagné d’un sablé maison, je m’en tire pour 15,30€. Bref! Loin d’être la mauvaise idée du coin, bien au contraire. Et puis j’aime bien les restaurants discrets et distants de l’épuisant monde où l’exercice de la communication obligée serait indispensable. La preuve que non: le restaurant est souvent plein.