Albertine Passedat

1

Deux tables occupées ce midi, avec moi ça fait trois.

Constat singulier vu le considérable effort de communication de l’attachée de presse de la maison Passédat. Vérifiez l’avalanche d’articles dans la presse locale prête à tout pour avoir quelques miettes du budget pub du triple étoilé de l’anse de Maldormé. Sauf que les gens, ils font comme ils veulent: trop de com’ tue la com’. Tu peux mettre des multicouches de promo Passédat et les tartiner de publicité comme du Nutella sur ta brioche grillée, s’il veut pas, il veut pas. Et puis parfois ce client, il ne veut (peut) plus payer les rideaux du restaurant et il se tourne alors vers des établissements au rapport qualité prix décent, c’est ailleurs, merci, au revoir. Chez Albertine, le talent de cuisine ne s’équilibre pas avec les prix. Une suggestion du jour à 25€ le midi, menu 59€ et 79€. Et la formule à 49€ avec deux plats. Mise en bouche bien, des bricoles pimentées-épicées. Et un caviar d’aubergine délicieusement travaillé. 15/20.

Entrée « poisson de ligne tamisé, vinaigrette pomme verte », dorade. A l’œil, comme de la semoule vert vif méticuleusement cerclée. Recette très herbacée et aqueuse, l’aneth et une forte acidité défoliante efface la pomme et le reste. Peu de matière et quantité de poisson ridicule. Avec une dorade de 250 grammes, on doit pouvoir tirer la vingtaine de plats. Charmant dans son minimaliste m’enfin bon. Le pain exceptionnel réconforte. 14/20. Le plat: « contre-filet de bœuf Simmental maturé 21 jours, beurre d’algues aux agrumes, panisse soufflée ». Assiette chaude, viande tiède. Précisons qu’elle est cuite comme un rosbif alors forcément… Très tendre, accompagnée d’une sauce affolante de salé. Et comme tu manges chez dieu Passédat, tu doutes rapidement de tes capacités d’analyse, genre « je ne comprends pas ». Voyez? Epice curieuse? Effet de style? Rien de tout ça: trop salé, point barre. D’autant que la panisse servie avec ne l’est pas du tout! Oignons confits agréables. Beurre d’agrumes délicieux, la star du plat. 14/20.

Voilà m’sieur-dame: 49€ l’arrogante blaguounette à deux plats! Augmentée de 3€ pour le café, bon. Le sachet de sucre est d’occasion, maculée de miettes collées et de tâche de café du précédent propriétaire. Je n’aime pas le gaspillage non plus, mais faut faire le ménage et être vigilant quand on est radin. Curieusement à la suite de mon café, la serveuse amène une mignardise, un mini-cube de pastèque dans un sirop herbacé, aneth (encore) et piment d’Espelette. A la suite du café, c’est une erreur de gout. Service sympa naturel pour l’apprentie, sympa forcé pour la responsable de salle. Cadre très agréable. Addition très désagréable.