L'OS ET L'ARÊTE – BàO 97

REMISES DE FOLIE ET FAUSSES PROMOS AU RESTO

UNE BALLE DANS LE PIED

Propriété récente de Tripadvisor, « la Fourchette » est un site de réservation de tables. Tout restaurateur peut s’inscrire sur ce site contre une vingtaine d’euros, puis animer les promotions de son établissement en pratiquant des remises sur des menus allant de… 0% à 40%. « La Fourchette » récupère 2€ HT par couvert réservé via son site. Voilà l’idée.

Une balle dans le pied - Le Bouche  à OreilleRécemment, un bon restaurant référencé particulièrement « mal placé » comme on dit me confiait être particulièrement satisfait de l’efficacité du « Bouche à Oreille » en terme de nombre de clients amenés devant sa porte, ayant donc découvert son établissement grâce à notre travail. Une intense satisfaction personnelle: être utile au cuisinier planqué comme au gourmand chercheur. Coup double!

Mais le restaurateur ajoute « ya quand même un problème avec le Bouche à Oreille ». Ah bon? Lequel? Des clients qui selon ses propos, seraient de toutes façons venus manger chez lui grâce au « Bouche à Oreille », profitent de l’effet d’aubaine d’une remise tarifaire de 30% en farfouillant sur internet où ils tombent fatalement sur le site… « La Fourchette » avec qui il collabore! A écouter le restaurateur, j’endossais la responsabilité que le consommateur cherche le supposé meilleur prix possible avec la fourchette et la meilleure information possible avec « Le Bouche à Oreille »! Comme si c’était la faute du « Bouche à Oreille » si le restaurateur appliquait des remises débiles sur ses menus sur des sites internet bouffeurs de marge! Enfin bon!

Le plus affligeant dans la confession du restaurateur: « quoiqu’il en soit, je vais augmenter mes prix pour intégrer la commission pour la Fourchette ». En langage clair, il passe son menu de 28€ à 36€. Et le client acheteur de ristourne gobe. Mais du coup, la table sort de la liste des bonnes affaires du « Bouche à Oreille » pour cause de rapport qualité prix défectueux. Vraies-fausses remises au resto, où comment commercialement et comptablement se tirer une balle dans le pied quand on est restaurateur.

Olivier Gros