L'OS ET L'ARÊTE – BàO 100

MAIS OU EST DONC PASSE

LE CLUB DE LA GASTRONOMIE?

os-club-de-la-gastronomie-photo-1La réponse n’intéresse personne. Tant cette association bancale de chefs fomentée par l’UMIH du Var -syndicat des Cafés-Hôtels-Restaurants- n’a jamais été porteuse de l’espoir de tirer la restauration varoise de l’ornière creusée à la pelle de son insuffisance. Non vraiment, aucun fait d’armes malgré l’ambition écrite d’« être le reflet du savoir-faire et du dynamisme des chefs-cuisiniers qui font vivre au quotidien la gastronomie ». Comme par exemple valoriser le terroir polymorphe du département, former les apprentis autrement qu’en y voyant l’aubaine économique d’une main d’œuvre corvéable à souhait, organiser des manifestations populaires ou encore, comment penser à autre chose qu’à taper abusivement dans le portefeuille du touriste pour éviter qu’il revienne l’an prochain et qu’il file bronzer en Espagne ou en ex-Yougoslavie. Non vraiment, au moment où je vous cause personne ne se souvient du « Club de la Gastronomie du Var » *. Ou presque.

S’en souvient votre feuille d’impôt de varois, si c’est votre cas. Puisque le contribuable varois y allait de sa poche avec la bénédiction rémunératrice du « Département » via sa filière « Var Tourisme ». Robinet qui permettra à quelques restaurateurs encartés de s’autogratuler aux frais de la princesse en se caressant le nombril lors de sauteries-cocktails et tenter de s’attirer « les trompettes de la renommée ». Pour une coterie qui aura duré le temps d’une bluette! Coterie composée de « maitre-restaurateurs » dont le statut aussi officiel que discutable autorise une exonération fiscale de 30000€*! Ponction dans l’impôt de tous les français cette fois-ci! Malgré tout, la farce est allégée en comparaison des fameux « Maitres Restaurateurs Varois » qui eux, ont tapé dans la caisse du Conseil Général et de la CCI du Var pendant plus de vingt ans! Avec le résultat qu’on connait: absence de culture culinaire dans le département et une jeunesse qui file souvent travailler ailleurs! Angleterre! Canada! Australie! Pologne! Pour cause de restaurateurs « qui ne trouvent personne » mais ne répondent pas aux candidatures spontanées, « payent trop de charges » et rémunèrent trop rarement l’intégralité des heures effectuées du personnel. Mais qui ne rechignent pas à se taper des gueuletons aux frais du contribuable quand ils appartiennent aux clubs subventionnés! Bref!

os-club-de-la-gastronomie-photo-2

Le « Club de la Gastronomie du Var »… Si la mayo du coup monté n’est pas retombée, c’est qu’elle n’est jamais montée. Malgré tous les efforts des copains et copines aux ordres dans les médias locaux qui servent la soupe avariée au gout de pétard mouillé. Pour vous dire, si ces mêmes médias avaient autant évoqué le « Bouche à Oreille » que leurs copains-coquins, Mauricette serait cotée en bourse. Mais voilà. Le problème des communicants amateurs déguisés en Séguéla de troisième zone et confits de « réseaux d’amis » comme de moyens financiers, c’est qu’ils n’ont toujours pas pigé qu’échafauder une saine stratégie de développement sur un terreau mensonger est vain à terme. Mais après tout, faire joujou avec un pognon qui n’est pas le sien…

os-club-de-la-gastronomie-photo-3 Sinon le contribuable, d’autres personnes se souviennent du « Club de la Gastronomie du Var »? Oui? Je vois des doigts se lever, au fond… Des restaurateurs eux-mêmes dindons de la farce, adhérents-cotisants à la coterie. Beaucoup préfèrent oublier, un peu honteux et bras ballants, jurant qu’on ne les y reprendra pas, s’enfermant d’ailleurs souvent dans un fatalisme bien peu constructif. Car non seulement cet éphémère « Club » n’a amené aucun client supplémentaire à leurs boutiques respectives, mais la rigolade leur a coûté de l’argent! A eux aussi! Adhésion au Club, adhésion à l’UMIH pour se fâcher avec personne et… financement (avec le contribuable) d’un catalogue… dont ils ne verront jamais la couleur! Pfuiiit! La bonne blague! Un classique indémodable, quand pataugent grenouilles et crocodiles dans un même cloaque. La nature humaine. Ça durera jusqu’à la prochaine fois, quand un plus malin que les autres trouvera une fois encore, les bons mots.

Olivier Gros


* http://www.le-bouche-a-oreille.com/os/le-club-de-la-gastronomie-du-var/