ÉDITO du Bouche à Oreille n°79 Sep 2011

PROGRÈS NOTABLES DANS L’ÉLECTRONIQUE AUTOMOBILE

MIEL, NIVEAU D’EAU ET GAZ DE SCHISTE EN ARDÈCHE

Allez hop! Au vert! Direction l’Ardèche! A Aix, ma voiture âgée d’un an a commencé à sérieusement baragouiner de la climatisation que Mauricette avait son rimmel qui coulait sur son jabot époque Louis-Philippe avec col en dentelle de Caudry. « Faudra que j’achète du gloss comme Micheline Dax » qu’elle a même dit. Aussi, mon téléphone « bloutousse » avait le hoquet vu que c’est tout électronique dans la voiture. Le GPS aussi. Mais lui est plus vicieux parce qu’il fait croire qu’il dit vrai. Dans les villages étriqués aux voies parfois tortueuses du côté de Joyeuse, il a une fâcheuse tendance à se mélanger les pinceaux au niveau des embranchements. Allez faire demi-tour dans une impasse rocailleuse de 2,4 mètres de large avec devant la montagne, derrière un précipice avec de l’eau pleine de caillasse au fond et un imposant chapeau vert dans le rétro. J’ai oublié de préciser qu’en venant par l’autoroute, mon « pass télépéage » composé d’éléments électroniques très pointus n’a pas fonctionné. « A cause de la chaleur » me confirmeront crânement les 7 employés appelés à la sonnette de chaque péage, pendant que quelques excités de la pédale parmi la file d’une centaine de voiture derrière klaxonnaient par 42°C. Parce que oui. L’électronique a fait tellement de progrès que maintenant, on ne trouve désormais plus de caisses « humaines » sur les autoroutes, je veux dire avec une personne dedans. Ainsi, l’électronique contribue aussi sûrement au bonheur de l’actionnaire qu’à celui du chômage.

Dans le village de Laurac-en-Vivarais, un petit marché, on y vient à pied, ceux qui vivent là ont jeté la clé. Une huitaine de forains locaux, charcuterie, pain, fromage, canoë-kayak, plantes bio et une dame entre deux âges, lunettes de vue qui éclairait encore plus ses yeux bleus vifs. Elle produit du miel dans le village voisin de Saint-Mélany. Je suis content car elle me dit avoir du miel de bruyère. Beaucoup même. Car avec le réchauffement climatique la bruyère a remplacé les genêts depuis quelques années en Ardèche. Mais les arbousiers sont en train de remplacer la bruyère. Comme je la sollicitais avec mes questions de curieux, elle me confirme que la sécheresse s’est installée dans l’Ardèche. Ce qui est très visible de visu comme dit l’autre.

Sa pédagogie un brin résolue du début cède place à de la gravité alors que j’aborde la question du « gaz de schiste ». Je croyais comme beaucoup que la question était réglée, cocorico: l’Etat français suspendait l’exploitation. Que nenni! Effet d’annonce des ministres pour tenter de calmer le jeu: les opérations pour l’exploitation du « gaz de schiste » n’ont absolument pas cessées! Bien au contraire! Ce qui est très vérifiable.

Et puisqu’il faut revenir à nos moutons car parfois la page est trop courte, je profite du train pour dire qu’il en va de même des guides gastronomiques: faites-vous votre propre opinion!

Olivier Gros