ÉDITO du Bouche à Oreille n°73 Mar 2010

LES GUIDES SOPORIFIQUES 2010 SONT ARRIVÉS!

Le grand mensonge continue! Faut vendre du papier, créer le non-événement perpétuel! Comme chaque année, les guides nationaux sortent leurs sempiternels pavés! La bible rouge en tête de gondole qui complexe les Poulidor habituels: gomillo, champérard, guide hubert, bottin gourmand, pudlowski et tous les autres! 4000 restaurants dans le mien! 7000 pour moi! 8000… qui dit mieux? Faire un guide coûte beaucoup d’argent! Nous en savons quelque chose! Le contexte économique actuel est une mauvaise raison quant à la mauvaise qualité des contenus! Le manque de crédibilité des guides est né avec l’ambition capitalistique de rentabilité des éditeurs. Dès que les comptables se mêlent du contenu éditorial, l’étique coule: vendre de la pub, optimiser le personnel (licencier), imprimer pour moins cher en Europe de l’Est et… ne pas tester les restaurants! Les guides ne débroussaillent plus le terrain, ce sont les cuisiniers qui viennent à eux force dossiers de presse et piston du député local. Les guides adoubent les chefs déjà connus. C’est un peu idiot, déjà trop tard et franchement inutile: les clients les connaissent désormais avant eux! Et la lente érosion des guides continue…

Olivier Gros