EDITOS

« Le Bouche à Oreille » existe depuis 1990 dans sa version trimestrielle papier, et vous êtes en train d’en lire la version Internet née en juin 2000. L’historique intégral des éditos est disponible sur le site à partir du n° 58 de juin 2006!

Les citoyens bucco-rhodaniens (13) et varois (83) constituent a priori la majeure partie du lectorat concernée par notre travail de défricheurs de tables. N’empêche que de plus en plus de touristes et voyageurs apprécient notre prose rigolarde d’empêcheur de manger en rond… grâce aux Site Internet et application du guide, outils épatants pour trouver assiette à son pied. Elle continuera d’exister tant que je serais le tyrannique directeur asocial de la boutique, mais il faut dire que la « version papier » des débuts devient presque argument minoritaire de notre force de frappe. Ben oui! GOOGLE adore notre boulot, on va pas cracher dessus: tous les restaurants référencés par nos services (bons, moyens et mauvais) s’y retrouvent en 1ère page! Et parfois même devant TripAdvisor! Ça nous fait bien rire les poils du dos de faire la nique à la multinationale gavée aux logarithmes et aux dollars! Chatouiller TripAdvisor… dois-je vous faire un dessin pour expliquer pourquoi les bons cuisiniers apprécient?

Lire la suite « NE CHANGEZ RIEN, SURTOUT! »

Marre des burgers, partout.
Marre des milanaises au veau de contrebande décongelées à la friteuse.
Marre des fritasses grasses comme du phoque.
Marre des fondants au chocolat en sachet micro-ondé.
Marre des tomates en hiver et des melons en mai.
Marre des marques de viandes à la mode et des suiveurs de modes qui vont avec.
Marre des magrets précuits le matin « pour aller plus vite » pendant le service.
Marre du mauvais saumon et du poison panga en vente libre.
Marre des cartons gras de fast-food semés à tous vents.
Marre des centres-villes et des parcmètres parfois plus coûteux qu’un repas.
Marre des moralistes du bio à l’index culpabilisateur qui n’ont jamais eu faim.
Marre des ayatollahs « vegan » et des cavistes intégristes « vins natures »…

Lire la suite J’EN AI MARRE DES BURGERS

Le cocasse, c’est que nos multiples détracteurs nous considèrent depuis 27 ans comme un guide d’arrière-garde vieillissant alors même que sous des airs décalés et rigolards, « le Bouche à Oreille » fait un travail sérieux au présent de l’indicatif. En tous cas si l’on observe les sérieuses retombées pour le bon restaurateur. Et puis il faut le dire: ce qui dérange, c’est qu’on paye notre repas, qu’on utilise notre voiture aller-retour et au final, qu’on parle de ce qu’on mange. Contrairement aux blogueurs (euses) errants dans la jungle du mondo-gastro à la recherche du modèle économique parfait qui n’existe pas. Et contrairement aux annuaires complaisants et autres professionnels du catalogue déguisés en « guides ». Aucun miracle quant à notre succès: juste des lecteurs, beaucoup de lecteurs. Entre la version papier et le site Internet, notre quantité d’utilisateurs fidèles (ou pas) appréciant notre côté franc-tireur va croissant, comme dit mon boulanger.

Lire la suite LA GRANDE BOUFFE

Dédé est un cuisinier traditionnel qui se lève tôt le matin car après chez les fournisseurs, c’est la pagaille, trop de monde et moins le choix dans les produits. Il y serre parfois la pogne virile de quelques confrères réglés à l’identique qui comme lui, tiennent en couple une (toute) petite affaire comme on dit dans le milieu de la tambouille modeste et laborieuse. Il est plutôt doué pour le métier, Dédé. Il a quitté assez tôt les rails de la gastronomie et des palaces où il a appris tant de choses, mais ne regrette pas. L’esprit ne lui plaisait pas: concurrence entre le petit personnel, heures sup’ à rallonge non payées, brimades diverses, esprit de compétition à chaque instant même pendant la courte coupure… La pression quoi.

Lire la suite RESTAURANT TRADITIONNEL

Pouloulou… Que le temps passe vite… remarquez: ça dépend! Un mauvais repas est souvent long comme un jour sans pain, la perle aussi courte qu’un haïku! Si « tout est relatif », pour nous « tout est digestif »! Bref! « Les bonnes tables, les mauvaises et celles à éviter »: notre imperturbable et dérangeante ligne éditoriale depuis 100 numéros, 100 trimestriels depuis 26 ans. Sinon l’anniversaire, ce numéro singulier n’a pourtant rien d’exceptionnel! Sinon des dessins drôles et parfois rigolos fomentés pour l’occasion par nos talentueux dessinateurs: Olivero, Wingz, Kristo, Na!, Giemsi et Decressac!

Lire la suite JOYEUX ANNIVERSAIRE (MERCI)

C’est presque mieux ainsi. 26 ans d’existence et « Le Bouche à Oreille » n’est toujours pas entré dans les mœurs. Avec le temps, l’institutionnalisation d’un guide déglingue souvent ses velléités à mettre les pieds dans le plat. Quand même, on est dans les mœurs du lecteur-consommateur fouineur d’informations, et même beaucoup. Paradoxe amusant: plus les Tripadvisor, la Fourchette et autres « sites de contributions de restaurants » grimpent en audience, plus « le Bouche à Oreille » est nécessaire au lecteur comme poil à gratter et empêcheur de manger n’importe quoi en rond, histoire de vérifier les sornettes qu’on veut lui faire avaler. Nous voilà donc dans la queue de la comète des mastodontes informatiques, bien malgré nous. C’est comme une aspiration naturelle.

Lire la suite LE GRAND EXAMINATEUR

Chacun trimballe son guide « Bouche à Oreille » dans le ciboulot. Si on exclut ceux qui nous passeraient direct au peloton d’exécution, corporatistes de la soupe comme le syndicat des restaurateurs « UMIH », nombrils en toque « maitres-restaurateurs » ou bien les confréries financées par le lobby de l’agro-alimentaire et l’impôt comme « Gourméditerranée », tous sont plutôt d’accord pour que vive not’ impertinent guide de restaurants… mais à leur manière: celle qui les arrange le mieux!

Untel voudrait que tous les restaurants de la région y figurent, ça ferait plus sérieux. Un autre voudrait être testé tous les 3 mois, alors même qu’il figure dans le Guide Rouge qui ne l’a jamais testé. Un trouve que le numéro 92 est d’une meilleure cuvée syntaxique que le 93. Lui pense que « Le Bouche à Oreille » est « trop dur » tandis qu’à contrario, un autre affirme qu’il mollit.

Lire la suite ON NE PEUT PAS PLAIRE À TOUT LE MONDE

La critique des restaurateurs est à la mode! Négriers décomplexés avec ses employés, exploiteurs d’apprentis, mauvais payeurs (personnel ou fournisseurs), utilisation de produits de médiocre qualité, non répercussion de la baisse de la TVA sur les additions, travail dissimulé, black institutionnalisé, maltraitance, hygiène douteuse, ne payent pas ses « charges » car trop c’est trop mais est content de ne pas payer l’école publique pour ses gosses ni l’infirmière quand il se brûle les pattes en cuisine. Tout ça existe. Et comme beaucoup de patrons, le restaurateur est révolté par l’existence du RSI, la sécurité sociale des gérants de société et des travailleurs indépendants. Vrai que les méthodes de calcul du RSI, on n’y comprend rien et d’ailleurs, eux non plus. A titre personnel et au moment où je vous cause, le machin me doit encore de l’argent de 2012, des avances non restituées, voyez un peu.

Lire la suite DES GENS BIEN

Cure de jouvence pour notre site Internet www.le-bouche-a-oreille.com intégralement repensé! Plus pratique! Plus beau aussi! Mais pas tout nouveau! Né le 25 septembre 2000! Une date de mise en service qui en fait probablement le plus ancien des sites de guides de restaurants sur Internet! On n’en tire aucune gloriole mais il est bien de le savoir. Amusant: quelques-uns de nos détracteurs considèrent not’ guide âgé de 25 ans comme un peu vieillot, voire dépassé. Poufpouf. Pas mal pour un guide un peu vieillot d’être précurseur non?

Le fondateur du « Bouche à Oreille » Paul Bianco avait beau être un impénitent amoureux du stylo et du papier, il n’était pas exonéré d’un sens de l’anticipation hors du commun. « Faire un site » voilà 15 ans n’était pas la même limonade qu’aujourd’hui!

Lire la suite DÉCOUVREZ NOTRE NOUVEAU SITE INTERNET!

Alors voilà. Histoire de remettre les pendules à l’heure chez les récurrents réfractaires à notre travail de testeurs de restaurants! Ceux-là même qui savent bien que notre brûlot amène nombre de clients dans les (bons) établissements! Mais qui considèrent avec légèreté le « Bouche à Oreille » comme un guide de seconde zone référençant des chefs de troisième dans des restaurants de quatrième. C’est pas gentil pour eux. L’occasion de m’amuser à faire un petit inventaire des CV des cuisiniers ayant choisi de s’affranchir du monde sans pitié de la « haute gastronomie » et des clubs de chefs inutiles. Ils sont infiniment plus nombreux que les chefs médiatisés… mais on en parle aussi infiniment moins! Que les oubliés de cette liste un peu rébarbative ne m’en veulent pas, j’ai fait vite. Et chapeau bas pour les restaurateurs autodidactes, ceux qui un jour pas comme les autres ont choisi d’apprendre le métier de cuisinier… avant de le pratiquer! Eux aussi sont nombreux dans le BàO!

Lire la suite C’EST BON OU J’VOUS EN METS UN PEU PLUS?